Il n’y aurait plus d’alternative. Verrouillé par l’obsession comptable et les lois du marché, le débat public semble s’être progressivement vidé de tous les imaginaires qui l’ont fait naître. Crise climatique / sanitaire / économique / sociale / migratoire / démocratique… D’injonctions en pseudo-évidences, nous voyons défiler les crises comme une succession de séquences où se désarticulent le débat et le collectif. C’est comme si nous étions sorti·e·s de l’Histoire avec un grand H. Ou plutôt que nous étions tombé·es à court d’histoires avec un s majuscule.

Elles existent, pourtant, ces histoires. Pas dans les imprécations du “monde d’après”, ni dans les livres des sachant·es et les dis-cours des expert·es multicartes, des démagogues de tribunes.

Aux quatre coins du monde, des communautés humaines réactivent la force des récits, guidées par l’idée que ce qui devrait exister manque juste d’avoir été essayé quelque part. Que tout ce qui manque à nos sociétés pour espérer à nouveau se résume en un mot où s’unissent idée, lieu et mouvement : l’utopie.

Sorti·e·s d’un confinement qui a réduit nos préoccupations aux rayons de quelques kilomètres, il nous apparaît nécessaire de voir ces ailleurs qui se construisent, ces fissures que des idéalistes creusent dans le réel en expérimentant. Organisations sociales, hiérarchies des âges et des sexes, pratiques agricoles ou occupations des espaces numériques … ils et elles sont des milliers qui mettent leurs idéaux à l’épreuve des contraintes humaines, sociales et parfois physiques. Ils et elles sont des milliers à se désigner du beau nom d’utopistes. Et c’est vers leurs démarches pleines d’espoirs nouveaux et variés que nous voulons porter notre regard pour réapprendre à rêver notre monde plutôt qu’à le subir. Voir comment l’on fait d’une utopie son quotidien.

Réalisée par Henri Poulain
Écrite par Lauren Boudard, Julien Goetz, Sylvain Lapoix et Henri Poulain

Une production Premières lignes et StoryCircus
Ventes internationales : CLPB Rights